Page personnelle – Pierre Perrier


Pierre Perrier

Ingénieur de recherche CNRS

Coordinateur du support expérimental

Enseigne à la filière d’Instrumentation AMU

Laboratoire IUSTI, CNRS
5 rue Enrico Fermi, 13453 Marseille, France
courriel: pierre.perrier@univ-amu.fr

Link to Research Gate/Scholar Profile/Orcid


Milieu Hors Equilibre 

Microfluidique basse vitesse

Je conçois des expériences pour mieux comprendre ou mesurer des paramètres comme les coefficients d’accommodation qui sont nécessaires pour la modélisation de l’écoulement dans les cas raréfaction. (Vide, dimension physique d’objet très petit micrométrique ou nano-métrique, la taille caractéristique doit être comparée au libre parcours moyen du gaz)

  • Microfluidique gazeuse à gradient de pression. Le débit massique est mesuré par une technique de mesure d’évolution de pression sur des gammes de pression très large (atmosphérique à 10 pa) et donc des débits massiques très large ce qui permet  ensuite à remonte aux coefficients de Slip et  aux coefficients d’accommodation.
  • Microfluidique gazeuse à gradient de temperature. Cette expérience est emblématique d’un changement de comportement physique entre un milieu continu gouverné par les équations de Navier Stokes avec adhérence à la paroi et un milieu raréfié qui possède un coefficient d’accommodation à la paroi. Il est possible de créer un écoulement (c’est à dire un transport macroscopique de gaz) qui amène un gradient de pression entre deux réservoirs qui au départ  sont à la même pression mais qui sont connectées par un microsystème possédant un gradient de température. 

Microfluidique grande vitesse

    • Interaction d’une onde de choc avec un microsystème. L’introduction d’une onde de choc dans un micro-système pour étudier son comportement (comportement du transfert de chaleur, couche limite, turbulence, mesure de la vitesse, visualisation des onde de Mac)
    • Interaction d’une onde de choc avec une cellule. Cette étude a pour but de rendre perméable une membrane de cellule à des médicaments ou de l’ADN. Nous utilisons des ondes de choc créées par Laser ou tube à choc dans plusieurs configurations physiques pour mieux appréhender les raisons de la perméabilité des membranes.

Bio-mécanique

ORL

    • Ecoulement dans les voies aériennes supérieures. Cette étude est faite conjointement avec un groupe de Médecin de la Conception qui étudie les voies aériennes supérieurs pour soigner ou améliorer les fonctionnalités du nez. L’air transporte lui-même un milieu complexe (particules, poussières, agents pathogènes). Une modélisation de ces conditions de transport permet de connaitre la probabilité de sentir une odeur, d’obtenir  le dépôt de poussière ou d’agents pathogènes sur des récepteurs identifiés dans le nez.

PUBLICATIONS

[1] Mass flow rate measurements in a microchannel, from hydrodynamic to near free molecular regimes, T Ewart, P Perrier, IA Graur, JG Méolans, Journal of fluid mechanics 584, 337, 2007.

[2]Mass flow rate measurement of thermal creep flow from transitional to slip flow regime, H Yamaguchi, P Perrier, MT Ho, JG Méolans, T Niimi, I Graur, Journal of Fluid Mechanics 795, 690-707, 2016.

[3] Mass flow rate and permeability measurements in microporous media, MV Johansson, F Testa, I Zaier, P Perrier, JP Bonnet, P Moulin, I Graur, Vacuum 158, 75-85, 2018.

[4] Shock waves in microchannels, G Mirshekari, M Brouillette, J Giordano, C Hébert, JD Parisse, P Perrier, Journal of Fluid Mechanics 724, 259, 2013.

[5] Functional relevance of computational fluid dynamics in the field of nasal obstruction: A literature review, Thomas Radulesco, Lionel Meister, Gilles Bouchet, Jérôme Giordano, Patrick Dessi, Pierre Perrier, Justin Michel Clinical Otolaryngology 44 (5), 801-809, 2019.

[6] Correlations between computational fluid dynamics and clinical evaluation of nasal airway obstruction due to septal deviation: An observational study. Thomas Radulesco, Lionel Meister, Gilles Bouchet, Arthur Varoquaux, Jérôme Giordano, Julien Mancini, Patrick Dessi, Pierre Perrier, Justin Michel, Clinical Otolaryngology 44 (4), 603-611, 2019.

retour en haut